Facilitation

Pourquoi ?

Pour offrir à vos groupes, lors de leurs réunions, l’occasion de s’appuyer sur la présence neutre et bienveillante d’une personne-tierce dont les missions sont principalement de :
– proposer un cadre clair et une structure efficace*.
– prendre soin des relations au sein du groupe et permettre la parole authentique.
– favoriser la coopération, la créativité et l’intelligence collective.

* pour nous, l’efficacité se mesure moins à l’importance des décisions prises ou à l’envergure des actions accomplies ou envisagées qu’à la mobilisation réelle [matérielle et émotionnelle] des personnes et à la qualité du lien qui les relie.

De notre expérience, la facilitation est un rôle-clé qui permet de changer du tout-au-tout la façon dont nous sortons d’une réunion : beaucoup plus souvent énergisé-e-s, motivé-e-s et confiant-e-s plutôt que vidé-e-s, apathiques ou désorienté-e-s.

Quoi ?

Vous, en tant que personnes et en tant que groupe, avez les ressources. Nous nous plaçons au service de, et non pas en surplomb. Il s’agit donc d‘ assurer le rôle de facilitation pour vos réunions et temps collectifs, selon l’agenda de votre organisation.

Comment ?

Pour nous, une organisation collective est comparable à un organisme vivant dont chaque organe, chaque cellule, est au service du déploiement de l’organisme, de sa survie et de son épanouissement. Ainsi chaque avis, idée, parole, ressenti, tension, compte autant que les autres et constitue la matière commune du groupe, dans laquelle celui-ci vient puiser ses ressources pour la réalisation de son objectif. En cela, notre posture de facilitation considère l’équivalence des voix et des personnes.

Notre intention première est d’accompagner au développement de l’écoute et à l’accueil de l’altérité, convaincus que la réussite des missions d’une organisation dépend de la qualité de communication entre ses membres.

Notre seconde intention est d’apporter un appui structurel qui privilégie l’auto-organisation du groupe. Notre parti pris est de soutenir l’émergence d’une pratique sociocratique. Ainsi nous cultivons l’émancipation individuelle et collective via des méthodes d’auto-gouvernance. C’est à dire des manières de répartir le pouvoir qui soient concertées et organiques et non plus imposées et hiérarchiques.

Précisons, comme pour l’accompagnement de collectifs, que notre préférence est de participer aux transformations individuelles, relationnelles, organisationnelles, sociales, culturelles et spirituelles portées par celles et ceux dont les projets, luttes et missions sont une forme de réponse aux défis de notre temps. Des réponses qui restaurent l’importance du vivant, favorisent l’autonomie politique et prennent soin des liens.